Aller au contenu

Cellule NRBC container


Cellule URGENCE NRBC EVERLIA


Notre "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA", conçue pour les désordres actuels et à venir.



C’est en pleine période de pandémie de CORONAVIRUS, que la société EVERLIA a décidé de lancer son programme "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA".

Devant l’urgence sanitaire actuelle, engendrée par le Covid-19, le manque de lits de réanimation, la disparité territoriale de l’impact d’un virus, la capacité militaire réduite à venir en appui aux populations civiles rapidement et en nombre, aux besoins de déplacement des malades, Alain KRZYZANOWSKI, Président de la société EVERLIA a décidé de lancer son programme de "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA".

La gestion du risque Nucléaire, Radiologique, Bactériologique ou Chimique (NRBC), voir NRBC-Explosif (NRBC-E) est devenue un enjeu majeur de nos sociétés modernes face aux défis liés à notre développement technologique. Ces risques concernant un agent non-conventionnel font référence à un événement d’origine naturelle, technologique ou malveillante impliquant des éléments NRBC. Ces agents non-conventionnels vont par leurs actions se propager et contaminer les populations et le personnel hospitalier. Ce dernier doit se protéger contre ces agents nocifs tout en étant capable d’assurer la continuité des soins.

La priorité pour le secteur sanitaire est donc la protection de l’hôpital et de son personnel. Elle repose sur le contrôle des accès à l’hôpital (certains utilisent le terme de "château fort") et sur l’application de procédures spécifiques.  

Le dimensionnement des capacités d’accueil et de prise en charge des victimes par les structures hospitalières est l’un des enjeux de la décontamination hospitalière. Il s’agit d’une opération structurée destinée à éliminer les substances NRBC ou à en réduire le nombre sur des tissus vivants et sur des objets inertes à des taux considérés comme sans risque.

L’autre enjeu de la décontamination hospitalière est de prévenir la destruction des outils de santé. Le problème est de savoir si tous les acteurs concernés par la problématique de la décontamination hospitalière NRBC partagent la même vision sur le fait que le risque NRBC soit avéré ou potentiel. Pour cela, il est utile de rappeler les événements historiques ayant amené à sensibiliser les décideurs sur le risque NRBC, notamment en milieu hospitalier.

L’attentat au sarin du métro de Tokyo en 1995 a marqué un tournant en mettant en lumière l’absence de système d’alerte spécifique, de procédure d’orientation, de tri des victimes et de décontamination avant l’accès à l’hôpital. En France, la prise de conscience eut lieu en 2001 avec l’accident de l’usine AZF (classée Seveso) à Toulouse. Elle a été renforcée par l’affaire des lettres piégées au bacille de charbon aux Etats-Unis. Par la suite, les nombreuses crises (SRAS 2003, Grippe aviaire 2004, grippe H1N1 2009, etc.) n’ont fait que confirmer la nécessité de protéger nos outils de santé afin de leur permettre de rester opérationnels en tout temps.

Le CORONAVIRUS vient définitivement démontrer que le risque NRBC est avéré et plus potentiel. Le Covid-19 nous rappelle clairement notre manque de préparation et de matériel pour faire face à une pandémie dans les premières heures et sur toute la durée de la crise sanitaire. Il souligne également le besoin de pouvoir renforcer et amplifier localement et de manière chirurgicale les capacités d’accueil.

La protection des populations est mise en œuvre dans le cadre de la sécurité nationale, qui relève du gouvernement et des Préfets. Le concept de sécurité sanitaire dépendant du ministère de la Santé. Pour cela, sont mises en place différentes actions qui concourent à assurer la veille et la sécurité sanitaire : surveillance (captation des signaux, analyse et exploitation des données), alerte et réponses (gestion) aux événements identifiés, notamment à des situations sanitaires exceptionnelles ou des crises au travers de plans et de dispositifs spécifiques.

Il manque à ce dispositif une véritable solution mobile, rapide à déployer pour soutenir les besoins exceptionnels sans avoir des installations permanentes lourdes. Ces équipements doivent également répondre à un besoin d’hospitalisation d’urgence pour nos militaires intervenants sur tous les théâtres d’opérations au monde qui combattent pour notre pays.

Dès lors, dans un contexte politique de gestion du risque et en cas de crise, sommes-nous en mesure de nous garantir par des dispositifs réellement opérationnels ou tentons-nous juste de nous rassurer ?

Afin de répondre à cette question, nous étudierons la décontamination sous un angle totalement différent de l’ensemble des obligations et réglementations mis en place dans les structures hospitalières. Bien entendu, le but est bien de procurer le même degré de protection et de performance, mais adapté à un système ponctuel, mobile et complémentaire aux structures hospitalières et militaires.

Venir en complément avec des modules d’urgences à légalisation territoriale qui a la volonté de répondre à un besoin local plus affirmé.

La préparation et la gestion des risques NRBC s’articulent autour de l’idée d’une meilleure réponse au niveau territorial. Avec l’exemple du CORONAVIRUS qui frappe nos territoires de manière très aléatoire et différente, EVERLIA a la volonté d’apporter la possibilité d’adapter une réponse sanitaire mesurée. Au niveau territorial, la gestion des risques NRBC s’organise autour de sept zones de défense qui quadrillent le territoire métropolitain français, cinq autres zones protégeant l’outre-mer. A leur tête est placé le Préfet de Zone, c’est à dire le Préfet de Région du siège de la zone, assisté par un Etat-major interministériel de zone de défense et de sécurité (EMIZDS) et d’un Centre opérationnel de zone (COZ). Ces zones servent d’ancrage aux zones de défense sanitaires qui viennent s’y insérer.   

Ces zones, outre leurs rôles de coordination entre les forces civiles et militaires, d’application des politiques du ministère de l’Intérieur ou de la défense et de gestion de certains matériels de l’administration, sont en première ligne en cas de crises ou d'événements d'une particulière gravité. En préparation à l’éventuelle survenue de ces situations, le Préfet de zone dispose de compétences spécifiques.

Le directeur général de l’Agence Régionale de Santé de Zone (ARSZ) est l’interlocuteur principal du Préfet de Zone. L’ARSZ sera celle située au chef-lieu de département siège de la zone de défense. En plus d’une mission de conseil, d’expertise et d’information du Préfet de zone, l’ARSZ est chargée de coordonner et d’animer l’action des ARS de sa zone et de tout autre service rattaché du ministère de la Santé. Dans le cadre de la décontamination NRBC, l’ARSZ est chargée de coordonner l’inspection/contrôle des établissements pour vérifier leurs dotations en matériel.

BASES de la R&D de La "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA".
La structure des unités de décontamination se compose d’une juxtaposition de zones déterminant la prise en charge successives de tâches, inscrites dans une logique de « marche en avant ». Elles se composent de zone d’accueil et de tri, de déshabillage et de confinement de vêtements contaminés, de douches, de séchage et de contrôle de décontamination, puis de rhabillage, et enfin d’une zone d’examen clinique d’enregistrement administratif et d’orientation.

Suite à l’instruction du 2 novembre 2011 relative à la préparation de la réponse aux situations exceptionnelles dans le domaine de la santé, il convient de privilégier le développement des unités fixes de décontamination hospitalière (UFDH) au sein des établissements, au détriment des Unités Mobiles de Décontamination Hospitalière (UMDH), afin de s'affranchir du temps de montage de la tente et des différents problèmes techniques induits. Le choix de l'abandon d'unités mobiles, telles que nous les connaissons et tel que le CORONAVIRUS nous les a fait découvrir dans les médias concernant l'hôpital de campagne détenu par la France et mis en place en un mois pour 30 lits, seraient ainsi à terme abandonnées ou recentrées au niveau zonal, car elles peuvent être encore projetées rapidement en cas de besoin dans d’autres établissements lors d’un événement de grande ampleur. Le personnel formé à la décontamination accompagnera les équipements.

Les procédures, obligations et dispositifs de décontamination hospitalière inscrit dans un cadre réglementaire formalisé doivent être modifiées ou adaptées à une "cellule URGENCE NRBC EVERLIA". L’encadrement de la décontamination hospitalière vise à prendre en charge de la façon la plus adaptée les victimes au sein des établissements de santé. Nous veillons à l’adapter aux cellules d'urgence NRBC EVERLIA.

Cahier des charges
Elaboration d’une "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA" totalement indépendante et équipée, plug&play, pouvant être transportée sur tout théâtre d’opérations et être opérationnelle en moins de 24 h.

Nos clients ; pour de nombreux pays au travers de leurs ministères de la Défense et/ou des Armées, des ministères de la Santé Public et autre besoin civil ainsi qu’associatifs comme les ONG.

o   Elle répond aux normes et exigences NRBC-E.
o   Être totalement autonome en ressources ou raccordable.
o   Être totalement équipée avec tout le matériel nécessaire.
o   Être protectrice des patients et des intervenants hospitaliers ou militaires.
o  Répondre de manière unitaire et/ou de manière combinée et multipliable pour former avec des cellules spécialisées globalement un hôpital de campagne autonome plug&play avec la même caractéristique de pose ultra-rapide.
o  Être déployée de manière complémentaire dans les hôpitaux pour s'adapter aux besoins de prise en charge des victimes, et aux capacités des établissements à gérer les risques associés, nos cellules seront "Plug and Play" pour s'adapter au plan de décontamination hospitalière.
o  Associables avec une technologie de communication et un Système de surveillance connecté avec salle de supervision dite "ange gardien"
o   Aux normes transport international, Air, Mer et Terre.
o   Inférieure à 4 T pour un déchargement aisé (hors blindage).
o   Résistante à des opérations de largage par parachute.
o   Posséder une option de blindage.
o  Servir à la formation NRBC sur l'ensemble du territoire et essentiellement ou cela n'est pas possible actuellement, campagnes, déserts médicaux…  Pour s'assurer qu'il y a le maximum de professionnels de la santé également prêt à faire face aux pandémies.
o   Production et stockage d'énergie, autonomie relative dans l'ensemble des domaines.
 




Pour toute information utile : un dispositif national inscrit dans un contexte réglementaire
La défense et la sécurité nationale sont deux thèmes qui, en raison de leur importance, se retrouvent au cœur des préoccupations de chaque ministère, et se déclinent nécessairement dans le domaine de la santé. L'article L. 1114-1 du Code de la Défense dispose que « chaque ministre est responsable de la préparation et de l'exécution des mesures de défense incombant au département dont il a la charge ». Le ministère de la Santé est chargé de la gestion des risques à l'hôpital en cas de crise ou de catastrophe, incluant notamment la constitution de stocks stratégiques en matière d'antidotes, vaccins ou antibiotiques. La circulaire du 2 mai 2002 définit les modalités de prise en charge et amorce une véritable prise de conscience en la matière.

Dans le but de préparer au mieux des plans de secours en cas de crise éventuelle, le département des urgences sanitaires de la Direction Générale de Santé (DGS) s'occupe d'élaborer des plans de préparation à la protection et à l’intervention NRBC et participe à la conception des actions de sensibilisation et formation des intervenants en cas de contamination de type NRBC.

Au-delà de cette nécessaire prise en compte de la gestion des risques au niveau ministériel, le gouvernement a souhaité mettre en avant une véritable interministérialité afin de gérer les diverses situations de crises. Gérer communément ce risque NRBC est primordial, même si, selon certains acteurs, la coopération entre les différents ministères reste encore trop fragile.

Afin d'aider à la mise en place de ces orientations interministérielles, le Secrétariat Général de la Défense et de Sécurité Nationale (SGDSN) coordonne les divers plans ministériels prévus par le Conseil de Défense et de Sécurité Nationale, ainsi que par le Premier ministre qui reste le seul à pouvoir déclencher les plans d'intervention gouvernementaux. De plus, chaque ministère s'est doté depuis le décret n°2007-207 du 19 février 2007 d'un service supervisé par un Haut-Fonctionnaire de Défense et de Sécurité (HFDS).  

Le ministère de la Santé participe pleinement à la défense et à la sécurité nationale. Outre un HFDS, le ministère de la Santé s’appuie sur le directeur général de la santé (DGS), qui définit les stratégies de réponse aux urgences sanitaires, dont celles de type NRBC. L’action est menée à travers le département d’urgences sanitaires (DUS), comprenant un bureau d’alerte et réponse (BAR) et un bureau organisation et planification (BOP). Les cellules de crise au niveau central seront mises en place, en cas d’événement, via le centre opérationnel de réponse et de régulation des urgences sanitaires et sociales (CORRUSS). Enfin, le ministère de la Santé, depuis sa création en 2007, compte sur l’action de l’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), établissement public chargé de la gestion de la réserve sanitaire et du stock stratégique mobilisé en cas de crise grave. Est également à sa charge, la passation des marchés publics de produits NRBC pour les établissements, ainsi que leur soutien en cas de crise en déployant ses stocks.

La coordination entre ces différents acteurs a pour vocation à apporter une meilleure réponse au niveau local.  La "Cellule URGENCE NRBC EVERLIA" est une véritable solution complémentaire au dispositif.



AVANTAGES
Sécurité accrue pour les patients et le personnel ;
 Rapidité de déploiement "Plug and Play" ;
 Mobilité, cibler et conforter une région plus fortement impactée ;
 Economie de logistique et de personnel soignant ;
 Flexibilité, extensibilité et modularité ;
 Autonomie des ressources ;
 Pré-équipé en matériel médical et de décontamination ;
 Mo ou M1, non-inflammable
 Indestructible et blindage possible
 Aux normes du transport international


Assemblez le nombre de chambres " les Cellules URGENCE NRBC EVERLIA " désirées avec les cellules complémentaires hospitalières pour former votre unité de décontamination ou hôpital de campagne.



Dans ce cadre, EVERLIA a cherché des partenaires pour compléter ses compétences et offrir un produit fini, garanti par des spécialistes dans chaque domaine précis.

                                    




Un travail collaboratif soutenu par des associations technologique, d’innovation et de croissance, syndicales et patronales, environnementales d’énergie verte et de construction durable.
 
o   FrenchTech Méditerranée
 
o   CPME Ouest Hérault
 
o   Cemater
                     



Everlia construction maison container maritime revalorisé
Découvrir


Une alternative à la construction classique. Everlia propose des constructions industrielles modulaires et des maisons passives, positives ou à haute performance énergétique. Le process est rapide, soigné, précis, à prix maîtrisé pour un habitat durable et économique. La maison container Everlia est l’avenir moderne et design de la construction à petit prix.
Newsletter
Everlia
20 avenue Ricardo Mazza
ZAE la Crouzette
34630 SAINT-THIBERY
04 11 95 13 43

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez l'actualité d'Everlia.
Coordonnées
Copyright © 2018 Everlia. All rights reserved





Retourner au contenu